Laurent Metais, témoignage d’un accordeur

 

Merci l’Accorderie

 

Cela fait quelques mois que j’ai quitté l’Accorderie de Québec et ce n’est que maintenant que je prends le temps d’écrire. Ce temps, maintenant, alors que nous sommes sur les routes, quittant une montagne, retournant dans une prairie, en direction du soleil, de l’horizon, de la Colombie-Britannique.

 

 

Je ne savais pas encore ce que je quittais au mois de décembre, lorsque j’ai remis les clefs à Bettina, ces clefs que j’avais depuis 2 ans, ces clefs aussi importantes que celle de mon appartement, ces clefs qui représentaient ma deuxième maison.

 

 

Lorsque je suis devenu accordeur, cela m’a pris plus de 8 mois avant de faire mon premier échange. Comme beaucoup d’entre vous, d’entre nous, nous devenons membre de l’Accorderie par principe, par cœur. Le principe enchante les foules lorsqu’on en parle, alors on décide de devenir membre.

 

Quelle merveilleuse idée que recentrer les échanges que l’on peut avoir autour de l’humain, en créant un lien avec la personne avec qui on échange.

 

 

Lorsque je me suis inscrit, j’étais encore absorbé par moi, mon temps, le fait que j’avais un travail, qu’il me prenait du temps et que mon temps libre devait être pour moi.

 

De l’eau a coulé dans le St-Laurent, j’ai décidé de remettre en avant les choses qui avaient de l’importance pour moi, je voulais m’investir dans des missions qui me paraissait plus importantes que de travailler afin d’avoir un salaire pour me faire plaisir.

 

 

J’ai fait deux choix à ce moment-là, ils ont changé ma vie présente.

 

 

J’avais décidé de commencer à militer pour des valeurs, des choix environnementaux et politiques qui me tenaient à cœur, je suis allé dans le comité Décroissance et transition des AmiEs de la Terre de Québec.

 

Le deuxième choix, j’ai pris mon courage à deux mains et je suis allé au bureau de L’Accorderie de Québec afin de voir ce que je pouvais faire, essayer d’aider. Je me suis fait accueillir par une ancienne animatrice maintenant, Audrey Broggini, et une personne qui était alors responsable de l’accueil, Lyse Trottier. Le principe me tenait à cœur, la mission de l’organisme concordait parfaitement avec mes valeurs, mais voilà… je ne savais pas quoi faire et j’étais gêné.

 

Accorderie parking day

Laurent et Audrey au Parking Day de L’Accorderie

 

En parlant un petit peu avec ces deux personnes, elles m’ont proposé de venir travailler à l’accueil. J’étais un peu réticent, car il y avait une partie au téléphone pour répondre aux gens, après avoir travaillé deux dans un centre d’appel je ne voulais plus rien en savoir de cette machine, à tel point, que maintenant encore, je n’ai toujours pas de téléphone.

 

 

Je me suis finalement fait avoir, elles m’ont eu, la semaine d’après je faisais ma première journée de formation à l’accueil. La semaine d’après, j’étais tout seul et j’avais mon chiffre, le jeudi après-midi.

 

 

À l’époque, je touchais un chômage confortable qui me permettait de vivre très décemment et de faire toutes les activités que je voulais. Mais ma nature faisait que ces activités je les faisais pas mal seul, souvent. Par choix, mais finalement aussi par une solution qui s’imposait d’elle-même. Le jeudi après-midi était pour moi comme une bouffée d’air frais, un moment où je pouvais servir une communauté que je trouvais importante, une communauté que j’avais choisie, qui avait des valeurs humanistes que je voulais servir.

 

 

Je me rappelle encore les deux stagiaires de l’époque, Keven et Sophie, c’était la première fois qu’il y avait des stagiaires à L’Accorderie de Québec, les budgets, la nécessité… Puis finalement depuis ça a continué et pour le bonheur de tous, c’est toujours rafraichissant que d’avoir ces nouvelles têtes et les idées qu’elles apportent.

 

Laurent, premier en bas.

Les semaines ont passés et finalement une nouvelle coordinatrice est arrivée, Bettina Cerisier, un esprit Belge dans ce refuge de Gaulois. Je faisais toujours l’accueil, puis j’ai proposé à ce moment-là de l’aider dans l’infolettre, ça me rapporterait toujours des heures en plus. Je pense que cela avait été le bienvenu, une tâche en moins lorsqu’on reprend les clefs d’un village comme celui de l’Accorderie de Québec ça peut toujours être le bienvenu.

 

 

Au bout de quelque temps, j’ai été embauché comme animateur dans ce même village, j’ai hésité au début (pas longtemps) et me suis embarqué dans cette aventure qui n’a toujours pas fini pour moi. Je ne sais pas comment et jusqu’à quel point ce nouveau travail aura été pour moi le déclencheur de tout le reste. Lors de mon premier kiosque d’information dans une école j’avais passé une journée de fin de semaine afin de le préparer tellement j’étais stressé, puis, les fois suivantes, parler de l’Accorderie était devenu une norme, un modèle à diffuser, c’était naturel.

 

J’ai pris le pli que le modèle Accorderie soit pour moi la norme à vivre, un modèle de vie et des valeurs qui mettent l’accueil et le partage en avant.

 

Tous ces moments à l’Accorderie resteront pour moi  gravés dans ma tête. Les matinées à travailler sur tel ou tel projet, les après-midis à accueillir les accordeurs, les soirées à parler d’échange de services, les fins de semaine à présenter l’Accorderie.

La dernière rencontre avant l’été du comité Accueil.

 

Ce passage à l’Accorderie m’a amené à faire ce premier pas dans le milieu communautaire, dans un milieu où chacun s’encourage dans ses projets, dans un milieu de partage où le temps, bien que valeur d’échange, n’est jamais compté dans l’investissement humain.

 

 

Depuis ce premier pas, je marche toujours dans la même direction. J’ai toujours le sourire quand je repense aux moments passés dans ces locaux rue Saint-Joseph, dans ce lieu ensoleillé de mille sourires. Je ne crois pas avoir une journée sans un fou rire, que ce soit avec un membre, un collègue, un visiteur ou quelqu’un d’un autre organisme. Ce n’est pas toujours facile comme travail, il y a les souffrances, les énervements, les réalités de chacun, les lendemains pas toujours certains… Et pourtant… « Tout un chacun à un savoir à partager ».

 

L’Accorderie a cette capacité à regrouper les gens, sa mission de lutte à la pauvreté et contre l’exclusion sociale nous permettent de mettre en place des activités où les gens vont se rencontrer.

 

Alors que je ne suis pas forcément friand de ce genre d’évènement, j’ai été porté par mon travail à en organiser et ce fut finalement de merveilleux moments pour moi ; voir les sourires, rencontrer les gens, faire des choses que l’on ne fait pas à l’ordinaire.

 

 

L’Accorderie aura été pour moi une transformation humaine dans la manière d’agir. Quand je repense à ce premier jour, où passant la porte du bureau je ne savais pas si je faisais la bonne chose, je ne savais pas quoi faire… c’est sûrement la meilleure décision que j’ai pu prendre !

 

 

Puis, l’Accorderie, projet alternatif, monnaie sociale, simplicité volontaire, j’ai forcément été amené à rencontrer de nouveaux projets et à m’y intéresser. Il a fallu que je tombe sur les études qui portaient sur l’Accorderie et les monnaies sociales, les monnaies locales. Ç’a été un piège pour moi, je me suis fait prendre comme certains le savent.

De projet de monnaie locale à Québec, aux projets de décroissances, de jardins collectifs, d’atelier collectif à la découverte du mouvement de villes en transition.

 

Au moment où j’ai commencé mon engagement, j’ai découvert un Nouveau Monde qui était pourtant existant, mais que je n’avais pas la capacité de voir, peut-être que je regardais ailleurs, au mauvais endroit. J’ai découvert la coopérative La Patente, le Centre Jacques-Cartier, le mouvement de transition, alors j’ai sauté à deux pieds en plein dans tous ces projets. Et toujours, j’y rencontrais d’autres accordeurs. On se motivait à aller de l’avant dans ces projets, à en faire d’autres.

Après avoir projeté un documentaire sur la décroissance qui traitait de monnaie locale, j’ai ouvert les yeux sur ce qu’y pouvait se faire et ce que je faisais aussi à l’Accorderie. Je n’arrêtais pas d’en parler, alors finalement j’ai lancé un premier jet pour une rencontre autour d’un projet de monnaie locale à Québec. Il y a maintenant un organisme qui s’en occupe.

 

 

Maintenant les clefs sont rendues, depuis quelques mois, mais je continue le projet démarré le jour où j’ai franchi la porte de l’Accorderie en 2014. Un camion aménagé et des projets pleins la tête, avec Audrey nous avons décidé de nous balader dans le grand continent. Voir de nouveaux paysages, de nouvelles choses, de nouvelles personnes, mais aussi de nouveaux projets.

 

 

Inspiré par les rencontres effectuées au cours de ces deux dernières années pour ma part, nous sommes maintenant sur la route, partis à la rencontre de nouveaux projets alternatifs ; des monnaies locales, des ateliers coopératifs, des jardins urbains, des manières de faire où l’humain est de retour au centre des préoccupations, des manières de faire où l’environnement est la limite.

 

 

On a démarré un projet à deux afin de rencontrer des projets que l’on ne connaitrait pas et partager les idées de chacun dans ce grand village global. On va parler de notre expérience à Québec et au cours de voyages, puis on partagera ce que l’on apprendra.

 

Aller voir les projets de transitions qui pourront faire que demain sera meilleur pour tous.

 

Horizon Transition, le nom du projet ; l’Escargot, le nom du camion ; l’échange humain, notre préoccupation ; nous voilà partis sur la route, mais quand je pense à Québec, je me dis toujours : Merci l’Accorderie.

 

Laurent Metais

 

 

Site internet: http://horizontransition.org

Page Facebook: https://www.facebook.com/horizon.transition/

Share Button

Le comité d’Accueil est à votre écoute!

Chers AccordeurEs,

Voici les visages du comité qui vous accueille durant la semaine à L’Accorderie. Ils arborent fièrement leur tout nouveau casque d’écoute, obtenu grâce à la collecte de fonds amassés lors de l’événement de l’Encan silencieux, qui a eu lieu ce 17 mars à L’Accorderie.

 

Lundi, Isabelle vous rappelle

Mardi, Marie vous sourit

Mercredi, Marc-Emile se rend utile et Ann-Elise ne fait pas de bêtise

Jeudi et Samedi, Lucie vous chérit !

 

Afin de répondre à vos demandes, ils se rendent disponibles du lundi au jeudi de 13h30 à 16h30, le mercredi jusque 19h et le samedi de 10h à 13h.

Share Button

Un coup de main pour créer plus de liens

Campagne de financement 2017 de l’Accorderie de Québec

Objectif : 10 000 dollars

 

Pourquoi donner?

Les sommes amassées dans le cadre de la campagne 2017 permettront concrètement de réaliser les projets collectifs suivants :

  • Des cuisines collectives

    Des ateliers de familiarisation à l’informatique par et pour les aînés

    Des jumelages interculturels pour un meilleur accueil des immigrants.

Depuis maintenant 15 ans, l’Accorderie de Québec s’engage à mobiliser l’ensemble des citoyens à contribuer à l’amélioration de leurs propres vies.
Nous comptons sur votre générosité pour faire grandir, ensemble, la solidarité. Nous avons besoin de vous, de vos réseaux et de vos amis pour soutenir notre mission.

Pour contribuer:

  • Envoyer un chèque à L’Accorderie de Québec (160, rue Saint-Joseph Est, Québec, Québec, G1K 3A7), libellé au nom de L’Accorderie de Québec, à l’attention de Bettina Cerisier.
  • Payer par PayPal (cliquez sur la page Paiement en ligne)
  • Pour les montants supérieurs à 20 dollars, nous vous invitons à communiquer avec Bettina Cerisier au 418 525-0258, poste 227.

Merci de votre générosité !

Share Button

Grand ménage des alentours de L’Accorderie

C’est la troisième année consécutive que l’Accorderie de Québec participe  au grand-ménage de Saint-Roch. Bernard St-Gelais Accordeur nous représente dans le comité coordonné par la Table de quartier Engrenages.

Comment ça se déroule?

On se rassemble le samedi 20 mai , la ville de Québec nous remet des brouettes, sacs poubelles, balais et brosses et on nettoie le tour de la Nef.

Si vous voulez participer ( on doit être au moins huit pour que cela ne soit pas une vraie corvée!), contactez L’Accorderie (418/525 0258 poste 221 ou quebec@nullaccorderie.ca)

 

Des breuvages rafraîchissants vous seront offerts tout au long de votre travail! Et vous serez évidemment payé en heures Accorderie!

Share Button

Séance d’information ce mercredi 19 avril

Share Button

La Revue vie économique: un numéro sur les Accorderies!

La Revue vie économique, maintenant sous la direction de l’Institut de recherche en économie contemporaine (IRÉC), vient de mettre en ligne (www.eve.coop) ce qui sera son dernier numéro, sur le thème Les Accorderies : 15 ans d’innovation sociale.

Le numéro entier est en ligne gratuitement.

 

 

 

 

 

Au sommaire:

Un article est consacré à L’Accorderie de Québec voilà ce que l’éditeur en dit:

Dans son texte, Bettina Cerisier nous présente les faits saillants de la vie de l’Accorderie de Québec : le territoire couvert, le portrait des Accordeurs qui y sont actifs, son évolution récente. Au-delà des règles qui gouvernent le bon fonctionnement de l’organisation, elle nous présente des exemples concrets qui expliquent le succès de cette Accorderie qui, en juin prochain, va souffler ses 15 bougies.

Share Button

Nos passages sur Première heure

 

Nous étions les invités de Première Heure avec Claude Bernatchez le vendredi 31 mars.

Martine Coté, la sympathique madame Météo de la station a passé le petit matin dans nos locaux.

 

Nous avons bénéficié d’un premier passage à 6h38 jusqu’à 6h42 pour expliquer ce qu’est L’Accorderie.

 

Nous avons été rejoints à 7h 29 par André Bélanger, Accordeur qui offre des services de Rapport d’impôt et de Linda Asseli qui reçoit entre autres des services d’impôts pour un deuxième passage jusqu’à 7h34.

 

Merci à Radio-Canada de nous avoir offert cette visibilité!

Pour écouter l’audiofil

 

Share Button

Oyé oyé le 12 août c’est la fête au village!

Au village de Saint-Roch mais les villageois des arrondissements avoisinants sont les bienvenus!

 

L’Accorderie de Québec travaille activement à l’organisation de cette grande fête estivale dont la table de quartier Engrenages en est l’instigateur. La rue Saint-Joseph est fermée pour laisser la place à une foule d’animation, spectacle de toutes sortes pour petits et grands sur le thème des traditions.

 

L’événement a lieu le samedi 12 août 2017, entre 12h et 22h, et sera remis au lendemain en cas de pluie.

 

 

Les Accordeurs sont invités à y participer de deux manières:

 

  • Si vous avez des idées de titres/ slogans pour la fête du Parvis sur le thème des traditions, autrefois…. exprimez-vous votre titre sera peut-être retenu. Soyez court, conçus et punché! Envoyez-moi vos idées par courriel!

 

  • Certains services échangés à L’Accorderie dénotent un réel savoir-faire en rapport avec des traditions aujourd’hui,hui perdues (relevé dans notre espace-membre):

confection d’objets de paille,
jouet en tissu,
courtepointe,
vêtement au crochet,
dentelle,
broderie,
petits points sur canevas,
cordage, filage, feutrage de la laine,
composition de poème…

Certains autres savoirs-faire sont aujourd’hui perdus comme la confection du pain, du savon, de l’encens…

 

Si vous avez envie de partager vos connaissance, habiletés, nous vous réserverons un espace lors de cette fête, les produits dont vous aurez besoin seront remboursés et votre temps vous sera évidemment payé en heures Accorderie!

 

Si vous êtes libre et intéressé, contactez-moi! Ou Contactez Émile Piché via l’espace membre!

 

À quel endroit pouvez-vous vous investir?

 

• Images: photographie, prise de vidéos et montage
• Nourriture: préparation et service
• Arts et artisanat: tricot, fabrication du pain, caricatures, etc.
• Animations: cirque, jonglerie, marionnettes, maquillage, animations pour enfants, etc.
• Musique: soutien à la zone de jams musicaux, spectacles acoustiques, etc.
• Sonorisation et éclairage: soutien au technicien de la Ville pour la scène musicale
• Premiers soins
Toutes les heures réalisées en soutien à l’événement seront payées en heures
Accorderie. Les frais de matériel pourront être remboursés.

 

Share Button

Les lapins de Pâques vont passer à l’Accorderie de Québec !

Chers Accordeurs, à l’occasion des fêtes de Pâques, L’Accorderie de Québec sera fermée ce samedi 15 avril et lundi 17 avril.

 

Il n’y aura pas d’accueil ce samedi de 10h à 13h ni le lundi de 13h30 à 16h30. Nous vous retrouverons avec grand bonheur le mardi 18 avril à partir de 13h30.

 

Attention, les activités prévues à l’agenda auront lieu comme prévu vendredi végépotluck, samedi l’alimentation responsable et  lundi le club de rire!

 

 

Traditionnellement, on célèbre cela autour d’un bon repas familial. Nous vous souhaitons de très bonnes fêtes de Pâques à tous !

 

N’hésitez pas à nous laisser des messages et à nous envoyer des courriels, nous restons à votre écoute.

 

Bonne chasse aux œufs à tous !

Share Button

Bonne route Camille!

Camille ou la force tranquille

 

Camille a été notre stagiaire depuis janvier, et elle nous a impressionnés par sa force de travail, sa ténacité et son pouvoir analytique. Camille ne répond pas à une demande de manière irréfléchie, c’est pourquoi dans ma tête, elle représente une force tranquille qui pourrait séduire beaucoup de futurs employeurs (ne tardez pas elle est sur le marché du travail à partir de demain!).

 

Camille a à son actif, pour notre coopérative, l’organisation de la Saint-Valentin (à son initiative), l’encan silencieux (elle a soutenu le projet d’une Accordeure) et la Cabane à sucre (tradition à L’Accorderie). Au travers de tout ça, elle a répondu à des dizaines de demandes, travaillé à des remises de demande de financement, trouvé des commandites et répondu à 200% à ses objectifs de stage.

 

Milles fois bravo! Camille est une perle que nous avons eu la chance de voir scintiller auprès de nous quelques mois… bonne route Camille!

 

Bettina Cerisier, Coordonnatrice.

 

Share Button