La revue Vie Économique parle du Réseau Accorderie

Le dernier numéro de la revue Vie Économique(www.eve.coop) donnait la parole à des chercheurs et à des intervenants actifs dans le Réseau Accorderie, voulant montrer que cet organisme permet de contribuer à l’amélioration des conditions de vie, de favoriser le maintien et la création de liens sociaux, et de développer la participation au sein des divers milieux de vie.

 

Malgré qu’elle soit encore relativement méconnue, cette formule québécoise des Accorderies fêtera en 2017 son quinzième anniversaire puisque la première Accorderie, celle de la ville de Québec, a été créée en 2002. Le Réseau Accorderie, qui regroupe présentement 14 Accorderies sur l’ensemble du territoire du Québec, fêtait quant à lui son dixième anniversaire en 2016.

 

L’Accorderie est un système d’échange de services entre individus et d’éducation à la coopération. Il a pour mission de lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale en permettant à ses membres (les AccordeurEs) de s’échanger des services de toutes sortes sur la base d’un principe simple et original. Il y a des transactions (des échanges de services entre membres), mais sans contreparties financières. En ce sens, on peut parler de l’utilisation d’une monnaie sociale comme moyen d’échange, même si elle n’est pas l’objectif visé par les Accorderies, contrairement à plusieurs autres initiatives d’échanges locaux. Le modèle de monnaie sociale utilisé par les Accorderies est le temps : une heure égale une heure. Puisque tout le monde possède du temps, tous les AccordeurEs possèdent un certain niveau de richesse à partager avec les autres membres. Le modèle a connu un succès au Québec, mais également ailleurs. En effet, l’innovation s’est aussi propagée en France, en Belgique et bientôt au Maroc.

 

Accessible gratuitement, la Revue Vie Économique se voulait un lieu de débat et de réflexion sur l’identité économique du Québec, dans toutes ses dimensions, dans ses pratiques autant que dans ses savoirs. Au cours de nos huit ans d’édition, nous avons ainsi produit 30 dossiers sur des thèmes variés, mais tous ancrés dans des expériences et des enjeux pertinents du modèle québécois de développement. Dans ce dernier numéro, nous avons désiré contribuer à la diffusion du modèle des Accorderies. En donnant la parole à des chercheurs et à des intervenants actifs dans ces réseaux, nous voulons montrer que cette initiative permet de contribuer à l’amélioration des conditions de vie, de favoriser le maintien et la création de liens sociaux, et de développer la participation au sein des divers milieux de vie.

 

Par Gilles L. Bourque, chercheur à l’IRÉC

Pour plus d’infos : www.accorderie.ca

Source : www.eve.coop

 

Vous êtes un amateur de « La Voix »? Vous aimez découvrir de nouveaux talents? Ne manquez pas « L’école de chant Johanne Raby en spectacle pour L’Accorderie ».

À la recherche de créateurs

Brunch style « Cabane à sucre »

Pour célébrer l’arrivée du printemps, l’Accorderie de Longueuil vous propose un brunch style « Cabane à sucre ».  Une belle activité à ne pas manquer !  Billets en vente à la porte.

Cliquer sur l’image pour tous les details.

Venez célébrer la Fête de l’Amour

Le comité vie associative est heureux de vous inviter à sa prochaine activité « La Fête de l’amour ».  Pour l’occasion, on vous invite à porter du rouge ou quelque chose qui représente l’amour pour vous.

 

 

 

 

 

 

 

Atelier de jus et de smoothies

Atelier de jus et de smoothies.pages

On parle des Accorderies

 

COMMUNIQUÉ – LES ACCORDERIES À L’HONNEUR À L’ASSEMBLÉE NATIONALE!

Québec, le 8 décembre 2016 – Les Accorderies étaient à l’honneur à l’Assemblée nationale  le 6 décembre. En effet, non seulement les Accorderies étaient-elles sur place pour présenter leur système d’échange de services innovateur, mais elles ont fait l’objet de trois déclarations de députés, ce qui est très rare, et qui plus est, ces déclarations ont été faites par le parti au pouvoir et l’opposition officielle. Décidément, les Accorderies sont rassembleuses!assemblee-nationale

 

C’est ainsi que monsieur Jean D’amour, ministre délégué aux Affaires maritimes et ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent où se trouvent les Accorderies de la Matanie et de Rimouski-Neigette, a rappelé la mission de lutte contre la pauvreté et souligné que « […] le Réseau renforce également les liens et la solidarité entre les personnes de tous âges et de milieux différents. »  Déclaration par M. Jean D’Amour

assemblee-nationale2

 

Quant au chef de l’opposition officielle, monsieur Jean-François Lisée, député de Rosemont, où se trouve l’Accorderie du même nom, il a déclaré que les Accorderies « […] ont créé une façon novatrice, mais superbement efficace de faire reculer la pauvreté, faire reculer l’exclusion ; […] maintenant, du monde entier, on vient voir ce que les Accorderies ont fait au Québec. »

Déclaration de M. Jean-François Lisée

 

 

Monsieur Harold LeBel, député de Rimouski et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’eassemblee-nationale-3mploi, de solidarité sociale et de lutte contre la pauvreté, a souligné « le travail exceptionnel des Accorderies du Québec  […] ce sont des gens engagés et sensibles aux réalités des plus démunis de ma région, leur travail est essentiel au développement de mon coin de pays. Je souhaite qu’on leur donne toutes les chances afin qu’on puisse poursuivre leur bon travail, et ce, en revoyant leur mode de financement. »

Déclaration de M, Harold LeBel

 

Outre ces déclarations aussi senties que pertinentes, les représentantes des Accorderies présentes ont pu rencontrer de nombreux députés et ministres intéressés à en apprendre davantage sur les Accorderies. Certains se sont même dits prêts à faire connaître le concept dans leur circonscription et à soutenir un tel projet.

 

 

 

Pour la directrice générale du Réseau, madame Huguette Lépine,  « Que les Accorderies rassemblent les deux côtés de la chambre est à l’image du principe fondateur des Accorderies soit conjuguer les forces de tous pour une plus grande solidarité sociale. Que trois parlementaires reconnaissent officiellement l’action des Accorderies dans la lutte à la pauvreté et à l’exclusion sociale, dans  la création du lien social et qu’en plus on demande de revoir leur mode de financement, c’est inespéré! » Les Accorderies mènent présentement des démarches auprès des décideurs pour obtenir un financement récurrent. Cette journée donnera sûrement un souffle nouveau à ces démarches. Et madame Lépine de conclure : « Le gouvernement s’est engagé à déposer au printemps un plan d’action en matière de lutte à la pauvreté. Espérons que la journée d’aujourd’hui sera un présage de la place qui sera faite aux Accorderies dans ce plan d’action. Noël approche. On peut rêver! ».

 

Rappelons qu’on compte au Québec 13 Accorderies : Manicouagan, Matanie, Rimouski-Neigette, Québec, Portneuf, Trois-Rivières, Shawinigan, Sherbrooke, Longueuil, Rosemont, Montréal-Nord et Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. De nombreuses communautés du Québec, du Canada, de l’Europe, de l’Afrique, de l’Amérique  du Sud, des États-Unis ont signifié leur intérêt de se doter d’une Accorderie. On compte maintenant 25 Accorderies en France.

 

Sur les photos: 1. M. le ministre Jean D’Amour avec Huguette Lépine (dg du Réseau Accorderie) et Isabelle Deschênes (Accorderie de Rimouski-Neigette); 2. M. Jean-François Lisée, chef de l’opposition officielle, avec Marie-Luce Meillerand (Accorderie de Rosemont); 3. M. Harold LeBel, député de Rimouski, avec Isabelle Deschênes (Accorderie de Rimouski-Neigette)

 

– 30 –

Source :

Huguette Lépine

Directrice générale

Réseau Accorderie

huguette.lepine@nullaccorderie.ca

418 563 3675

 

LES ACCORDERIES À L’HONNEUR À L’ASSEMBLÉE NATIONLE

5 à 9 de Noël chez les AccordeurEs !

5-a-7-noel-chez-les-accordeurs