COMMUNIQUÉ – Une Accorderie d’origine québécoise est inaugurée en France par le maire de Paris!

Québec, le 3 janvier 2012 – Le Réseau Accorderie est fier d’annoncer qu’une première Accorderie, système québécois d’échange de service entre particuliers, a été inaugurée jeudi le 15 décembre 2011 à Paris, dans le 19ème arrondissement, par le maire de la capitale française Bertrand Delanoë. « Quatre Accorderies seront implantées dans des quartiers populaires parisiens, sur le modèle québécois à l’origine du projet », a annoncé M. Delanoë.  (PARIS, 15 déc. 2011 – AFP) ».

 

Bertrand Delanoë a profité de l’inauguration de la première Accorderie française pour annoncer le soutien de sa mairie à la création de trois autres Accorderies.  « Je vais faire une lettre pour vous soutenir », a-t-il lancé au vice-président du Réseau Accorderie, Patrice Rodriguez, lorsqu’il a appris qu’aucune municipalité n’appuyait les Accorderies au Québec.

 

C’est à la Fondation Macif que l’on doit l’introduction de L’Accorderie dans l’Hexagone. Le partenariat conclu avec le Réseau Accorderie de la « Belle Province », qui compte près de 1 600 membres, a permis de transférer le concept et les outils sur le territoire français.  Comme le souligne Alain Philippe, président de la Fondation Macif : « L’innovation sociale est notre nouveau défi.  Nous recevons déjà de nombreuses demandes concernant l’ouverture de nouvelles Accorderies dans d’autres villes. Les gens veulent savoir s’il y en aura une près de chez eux. »

 

Pour Garry Lavoie, Président du Réseau Accorderie du Québec: «Le Réseau Accorderie est heureux de pouvoir faire bénéficier les futures Accorderies françaises de ses dix années d’expérience québécoise. »

 

La directrice du Réseau Accorderie, Madeleine Provencher, précise : « L’Accorderie est une entreprise d’économie sociale, soutenue de façon durable par des organisations locales intéressée à recréer du lien social à l’échelle de leur communauté. Le Réseau Accorderie (www.accorderie.ca) supporte le fonctionnement et l’émergence des Accorderies dans toutes les régions du Québec. »

 

« Ce n’est pas un troc, c’est un état d’esprit. » croit le maire de Paris, Bertrand Delanoë.  « Ce n’est pas de la charité, c’est de la solidarité », résume Pascale Caron, présidente de la première Accorderie québécoise. « L’Accorderie développe de nouvelles formes d’entraide et de coopération», explique-t-elle.

 

« Dès sa création, L’Accorderie de la ville de Québec a été un outil de lutte contre l’exclusion sociale », détaille Claudine Tremblay, responsable du développement du réseau Accorderie au Québec. « Cela met chaque membre sur un pied d’égalité, et chacun se met en action par les services qu’il rend aux autres. »

 

Pour toute information complémentaire concernant ce partenariat, veuillez contacter madame Claudine Tremblay, au 418-525-0258, poste 235.

 

-30-

 

Source :

Madeleine Provencher
Directrice générale
418-525-0258, poste 229

Les commentaires sont fermés.