Crise climatique et pauvreté: une autre raison de se mobiliser

Source: The Conversation

Un article récent paru sur le site franco-canadien de The Conversation, «Changements climatiques: les plus pauvres seront les plus affectés», constitue un important rappel des impacts de la crise climatique. Ceux-ci seront très différents selon l’endroit où on vit et risquent d’être dévastateurs pour les personnes les moins nanties.

 

«Les changements climatiques exacerberont la pauvreté et les inégalités entre pays développés et pays en développement, ainsi qu’à l’intérieur des pays», disent les auteurs Lisa Benjamin, Meinhard Doelle et Sara L. Seck. Ceux-ci se réfèrent en particulier aux rapports du Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies et au rapport sur les changements climatiques et la pauvreté de Philip Alston, rapporteur spécial sur l’extrême pauvreté et les droits humains.

 

Ces rapports invitent les gouvernements à agir d’urgence pour limiter le plus possible la crise et ses impacts. Mais ils soulèvent aussi l’importante responsabilité des entreprises, qui doivent inévitablement être impliquées dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre, autant que dans la réparation de cette injustice climatique.

 

Se référant à Oxfam et son document Inégalités extrêmes et émissions de CO2, on apprend qu’«une personne qui se situe dans le haut de l’échelle d’un pour cent (ce qui inclut la plupart des citoyens de la classe moyenne dans les pays développés) est en moyenne responsable de 175 fois plus d’émissions qu’une personne dans les 10 pour cent inférieurs.»

 

Réclamer une plus grande justice climatique: raison de plus de participer aux grandes mobilisations pour le climat!

Les commentaires sont fermés.